English [en]   català [ca]   Deutsch [de]   español [es]   فارسی [fa]   français [fr]   Bahasa Indonesia [id]   italiano [it]   日本語 [ja]   മലയാളം [ml]   polski [pl]   português do Brasil [pt-br]   русский [ru]   简体中文 [zh-cn]   繁體中文 [zh-tw]  

L'original de cette page est en anglais.

Le logiciel libre est plus fiable !

Ceux qui font l'apologie du logiciel privateur1 aiment dire : « Le logiciel libre est un beau rêve, mais nous savons tous que seul un système privateur peut produire des produits fiables. Un groupe de hackers ne peut faire la même chose. »

Cependant, l'évidence empirique ne concorde pas, des tests scientifiques ont montré que le logiciel libre est plus fiable qu'un logiciel privateur comparable.

Cela ne devrait pas être une surprise. Il y a de bonnes raisons pour la haute fiabilité des logiciels GNU, de bonne raisons de s'attendre à ce que le logiciel libre ait souvent (bien que pas toujours) une haute fiabilité.

Les utilitaires GNU plus sûrs !

Barton P. Miller et ses collègues ont testé la fiabilité des programmes utilitaires Unix en 1990 et 1995. Chaque fois, les utilitaires GNU arrivèrent largement en tête. Ils testèrent sept systèmes Unix commerciaux ainsi que le système GNU. En leur soumettant un flux d'entrées aléatoires, ils ont pu « planter (avec un core dump) ou bloquer (boucle infinie) plus de 40% (dans le pire des cas) des programmes utilitaires de base… ».

Ces chercheurs trouvèrent que les systèmes Unix commerciaux avaient un taux d'échec de 15% à 43%. Par contre, le taux d'échec du système GNU était seulement de 7%.

Miller a dit également : « Les trois systèmes commerciaux que nous avons comparés en 1990 et en 1995 se sont améliorés sensiblement en fiabilité, mais ils ont toujours des taux d'échec significatifs (les utilitaires de base de GNU/Linux ont toujours été sensiblement meilleurs que ceux des systèmes commerciaux). »

Pour plus de détails, voir leur article : Fuzz Revisited: A Re-examination of the Reliability of Unix Utilities and Services (postscript 223 ko) par Barton P. Miller <bart@cs.wisc.edu>, David Koski, Cjin Pheow Lee, Vivekananda Maganty, Ravi Murthy, Ajitkumar Natarajan et Jeff Steidl.

Pourquoi le logiciel libre est plus fiable

Ce n'est pas le fait du hasard si les utilitaires de GNU sont si fiables. Il y a de bonnes raisons pour lesquelles le logiciel libre a tendance à être de bonne qualité.

L'une de ces raisons est que le logiciel libre implique l'ensemble de la communauté dans la correction des problèmes. Les utilisateurs ne se contentent pas seulement de signaler les bogues, mais ils les corrigent aussi et envoient leurs corrections. Les utilisateurs travaillent ensemble, en communiquant par courriel, pour venir à bout des problèmes et rendre ainsi le travail avec les logiciels plus serein.

Une autre raison est que les développeurs se soucient vraiment de la fiabilité. Les logiciels libres ne cherchent pas toujours la compétition sur le marché, mais ils se battent toujours pour une bonne réputation ; un programme qui n'est pas satisfaisant ne réussira pas à obtenir la popularité que ses concepteurs veulent lui donner. Qui plus est, un auteur qui met son code source à la disposition de tous met sa réputation en jeu, et il vaudrait mieux pour lui que son logiciel soit propre et clair, sous peine de subir le mécontentement de la communauté.

La Clinique du cancer fait confiance aux logiciels libres !

Le Centre du cancer Roger Maris à Fargo, Dakota du Nord (le même Fargo qui fut le théâtre d'un film et d'une inondation) utilise des systèmes GNU/Linux précisément parce que la fiabilité est essentielle. Un réseau de machines GNU/Linux gère le système d'information, coordonne les thérapies médicamenteuses, et accomplit de nombreuses autres fonctions. Ce réseau doit être disponible pour le personnel du Centre à tout moment.

Selon le Dr. G.W. Wettstein <greg@wind.rmcc.com> :

« Le soin apporté à nos patients atteints de cancer ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans [GNU]/Linux… Les outils que nous avons été capables de déployer à partir de logiciels libres nous ont permis d'écrire et de développer des applications innovantes qui … n'existent pas dans le commerce. »


Note de traduction
  1. Autre traduction de proprietary : propriétaire. 

[logo de la FSF]« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d'utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

La Fondation pour le logiciel libre (FSF) est le principal sponsor institutionnel du système d'exploitation GNU. Soutenez GNU et la FSF en achetant des manuels et autres, en adhérant à la FSF en tant que membre associé, ou en faisant un don, soit directement à la FSF, soit via Flattr.

Haut de la page